Journée d’étude sur la descolarisation (Argumentaire) 1/3

Texte rédigé par André Robert & Jean-Yves Seguy pour introduire la journée d’étude

Faisant suite à la journée d’étude « l’Instruction en famille – IEF – au risque de la forme scolaire » (18 mars 2016), la demi-journée d’étude du 18 décembre 2018 s’inscrit dans le cadre du projet CIVOIR (Circulation des savoirs entre sciences, politiques et pratiques en éducation et formation).

Les intervenants sollicités nous aideront à mieux identifier quels types d’acteurs collaborent et/ou entrent en controverse à propos du phénomène complexe recouvert par le terme « déscolarisation ».

Comment des savoirs circulent-ils entre acteurs relevant des univers scientifiques, de ceux des politiques publiques et de ceux des pratiques engagées ?


Les processus dits de “déscolarisation” ?


Ils peuvent s’entendre en plusieurs sens et donc revêtir plusieurs formes :

Des formes de déscolarisation a priori non volontaires. Le « décrochage » scolaire, signe de malaise et d’échec est susceptible de connaître plusieurs degrés et modalités, de la désaffection partielle de l’école (absentéisme perlé ou chronique, avec ou sans maintien de certains liens) jusqu’à la désertion totale et l’abandon des études avant la fin de la scolarité obligatoire. Cet aspect relève de ce qu’on peut appeler rupture non contrôlée, du point de vue des familles d’abord qui ne souhaitent généralement pas de telles situations pour leur enfant, du point de vue des élèves ensuite dans la mesure où ceux-ci se trouvent pris dans un processus où le rejet peut-être initialement superficiel de la forme scolaire peut les entraîner, en partie à leur corps défendant, dans une sorte d’engrenage sans solution immédiate.

Des formes de déscolarisation volontaires donc peu ou prou contrôlées. Les refus de l’école telle qu’elle est perçue par certaines familles peuvent conduire à d’autres formes de « scolarisation » ou d’éducation dites alternatives ou parallèles, de l’instruction à domicile au choix d’écoles autres que celles relevant de l’enseignement d’État, fondées sur des principes philosophiques et pédagogiques différents. Les raisons de ces ruptures apparaissent multiples, d’une remise en cause de formes pédagogiques considérées comme traditionnelles (ou pas assez traditionnelles), ne prenant pas en compte les particularités des enfants, à des phénomènes, certes très marginaux mais réels, liés à la théorisation de la « non éducation », au-delà même de la non-scolarisation. 

Enfin, entre scolarisation et déscolarisation volontaire, les frontières peuvent se révéler non étanches : les pratiques de « zapping » décrites par Langouët et Léger (1997) à propos de l’alternance de scolarisation entre enseignement privé sous contrat et enseignement public, sont-elles également valables pour les pratiques dites alternatives ? Sur quoi se fondent alors les familles pour opérer leurs choix ?


1 réponse

  1. Alves dit :

    Bonjour mon fils ne veut plus parle de l’ecole car il avait une pathologie donc moqueris tt la duree scolaire 6 a 3em. A ce jour je ss perdue car il est manuel travailleur mais pas d’ecole. Je ne sais pas du tout ou on vas aller. Il a 16 ans et dand 09 l’ariege nous n’avouns rien .Je pensais qu’une ENTREPRISE pouvait le former avec un Tuteur mais ss scolaird je ne sais pas. J’ai 54 ans malade de plus et seule. J’espere je n’ai que cela car il veut travailler. Peug etre avez vous des idees ou du vecues. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search