De CIVOIR à MovingK

Après une année de travail à propos de la circulation des savoirs entre sciences, politiques et pratiques sur la question de la déscolarisation, les chercheurs du projet CIVOIR souhaitent tester le « Labco » à propos d’une nouvelle thématique et dans différents pays en Europe. Comment étudier la circulation des savoirs sur un objet éducatif transnational ?
 
Le choix des chercheurs a été de répondre à un appel à projet H2020 de type RIA : DT TRANSFORMATIONS-22-2020: Enhancing access and uptake of education to reverse inequalities. Il ne s’agit pas d’étudier les variation d’une politique éducative dans différents pays car la littérature scientifique et technique est déjà riche de travaux sur ce point.
 
Le projet consiste à regarder un objet spécifique à la croisée des politiques éducatives (éducation scolaire, formation des adultes, judiciaire….), dédiées à des publics éloignés de l’éducation pour les raccrocher à l’éducation et par l’éducation.
 
Les dispositifs visant le « raccrochage » par/a l’éducation tentent de lutter contre le décrochage scolaire des plus jeunes, de « ré-inclure » les publics vulnérables par la professionnalisation… La focale portera particulièrement sur les « Key compétences » au sens de l’union européenne (la lecture, l’écriture, les mathématiques, le numérique et les compétences citoyennes).
 
L’objet de recherche reste la circulation des savoirs, son rôle dans la possibilité pour les publics visés d’avoir accès à l’éducation et de réduire ainsi les inégalités d’accès.
 
Pour répondre à cette question, une étude comparative sera menée entre plusieurs pays : France, Royaume Uni, Irlande, Portugal, Belgique, Roumanie et Chypre à partir de l’analyse de politiques publiques et d’études de cas. Enfin, nous pensons que la complexité de ces dispositifs de « raccrochage à/par l’éducation » suppose une connaissance plus fine (à l’échelle micro locale) des savoirs pratiques et expérientiels des bénéficiaires, des professionnels comme des acteurs politiques.
 
Le « labco » servira à saisir la circulation des savoirs à l’échelle micro-locale auprès des parties prenantes. Un des enjeux est d’adapter cet outil d’enquête-participative à la diversité socioculturelle des dispositifs de raccrochage en Europe. 
 
C’est à partir de ces questions que MovingK (Moving Knowlege), l’acronyme de notre projet a été créé.
 
Photo by: Sarah Pflug

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search